Centrale thermique : le conseil municipal unanime

Publié le

Jeudi 25 mars, une motion contre la décision d’E.ON d’arrêter les investissements à la centrale thermique a été votée à l’unanimité.

Conseil municipal du jeudi 25 mars 2009

MOTION CONTRE LA DÉCISION DE L’ENTREPRISE D’E.ON D’ARRÊTER LES INVESTISSEMENTS SUR LES GROUPES EXISTANTS ET D’ABANDONNER LE PROJET DE CHAUDIÈRE À CYCLES COMBINÉS GAZ

Hier, 25 mars 2009, un communiqué de l’entreprise E.on, propriétaire de la Centrale thermique de Gardanne, a annoncé l’arrêt des investissements sur les groupes existants et l’abandon du projet de chaudière à cycles combinés gaz.

Dans le même temps, E.on annonce une “adaptation des emplois,” c’est à dire une réduction des effectifs. Aujourd’hui, 170 personnes travaillent à la Centrale. Ainsi les engagements pris en 1999 par le gouvernement et en 2006 dans le cadre de la Programmation pluriannuelle des investissements énergétiques(PPI) sont foulés au pied.

C’est inadmissible, parce qu’E.ON a réalisé 5,6 milliards d’euros de bénéfice en 2008
- que l’État actionnaire à 35 % peut imposer d’autres choix.
- que La région Paca est largement déficitaire en production électrique et aucune relance industrielle ne sera possible sans fiabilité de l’approvisionnement (comme le soulignait la PPI).
- que le permis de construire a été accordé pour le nouveau groupe à gaz.
- que le Canal de Provence a amené le tuyau pour l’approvisionnement en eau.
- que les autorisations de passages pour la desserte en gaz étaient en bonne voie.

Ayant entendu l’exposé de Monsieur le Maire, à l’unanimité, le Conseil municipal l’adopte et le convertit en délibération et demande :

- A l’État actionnaire de tenir ses engagements et de s’opposer aux réductions d’effectifs.
- Au Préfet la tenue d’une table-ronde sur la situation énergétique et notamment sur le devenir de la Centrale de Gardanne.
- La construction du nouveau groupe à cycles combinés gaz.
- Le retour sous contrôle public de la Centrale de Gardanne et de tout l’outil de production énergétique français, seule garantie de l’indépendance énergétique de la France.

MOTION VOTÉE À L’UNANIMITÉ

Lire aussi le communiqué Roger Meï : "pour un grand pôle public de l’énergie"

 

Dans l'actu