Cellulair, un songe spatial et dansé

Publié le

Vendredi 10 octobre à 20h30 à la Maison du peuple, Cellulair, spectacle de danse d’Alain Gruttadauria.
Cie La Licorne Alain Gruttadauria. Distribution : 4 danseurs ; Chorégraphe : Alain Gruttadauria ; Musique : (Montage collection sonore Cie) ; Lumières : Denis Rateau ; Partenaires : Colombes, Chateaurenard, Gardanne, Aurillac.

Tout public, tarif 5 euros. Durée : 1h (en deux parties)

Agrandir le plan
  • Adresse : Avenue Léo-Lagrange
  • Code postal : 13120
  • Ville : Gardanne
  • Commentaires : - Salle polyvalente de la ville - Capacité 370 personnes - Scène fixe, tables et chaises sur place, vestiaires, banque d’accueil, coin cuisine et sanitaires.
 
Agrandir le plan
théâtre, concerts, jeune public, danse, spectacles de rue et évènements de plein air
  • Adresse : Maison de la vie associative
    avenue du 8 Mai 1945
  • Code postal : 13120
  • Ville : Gardanne
  • Téléphone : 04 42 65 77 00
  • Fax : 04 42 58 35 52
  • Courriel : resa-spectacle@ville-gardanne.fr
  • Horaires d'ouverture :
    8h30-12h, 13h30-17h30
 

Cellulair est née d’un rêve, un songe “spatial.” Parcours dans l’espace-temps, très perdus dans l’immensité et le vide de l’espace, la froideur du “gigantisme.” Le temps où la durée se dilue. Référent : l’espace “standard,” celui de la gravitation. Obéir à la loi du mouvement. Paradoxe de deux univers qui n’en forment “qu’un.” Délire astronomique et futuriste, vide glacial. Rigueur “microbienne,” sagesse et complexité. Ce qui s’établit dans le “petit” est le modèle du “grand.”

Spectacle hybride, la partition est donnée, il ne reste qu’à jouer ! Décaler le code et les codes, réinventer des figures, c’est la priorité. Corps complexes ; extenués et pluriels. Les corps matières sculptés par la lumière et l’ombre. Les formes primitives survivent, mais sont recyclées. Comment redéfinir le mouvement ?