Environnement

Bilan d’étape pour le Plan climat du Pays d’Aix Energies 424 - Stéphane Conty

Mis à jour le

Le 13 octobre dernier a été présenté le bilan du Plan climat énergie territorial du Pays d’Aix, qui structure l’action du territoire contre les émissions de gaz à effet de serre. Un Plan qui concerne aussi Gardanne et qui s’accorde avec les nombreuses actions menées par la ville en matière d’économies d’énergies et de développement des énergies renouvelables.

C’EST DANS L’ATMOSPHÈRE FEUTRÉE D’UNE SALLE DU CONSERVATOIRE DARIUS MILHAUD À AIX EN PROVENCE, QUE SE DÉROULE CETTE DEMI-JOURNÉE DÉDIÉE AU PLAN CLIMAT DE LA CPA. L’après-midi est destinée aux élus, techniciens, associations, mais aussi particuliers, sous la direction conjointe de Robert Chardon, maire de Venelles, vice président de la CPA délégué à l’environnement, au développement durable et à la coordination des politiques publiques environnementales, et de Roger Meï, maire de Gardanne, vice président de la CPA délégué à l’énergie et à la culture scientifique.

« NOTRE COLLECTIVITÉ S’EST ENGAGÉE DEPUIS LE DÉBUT DES ANNÉES 2000 dans une politique de protection de l’environnement qui préserve la biodiversité et les ressources naturelles, et qui soit respectueuse de l’humain » explique Robert Chardon. « Le changement climatique constitue aujourd’hui un enjeu majeur, et le rôle des collectivités locales apparaît déterminant dans la définition et la mise en œuvre des actions pour y faire face. A ce titre le Plan climat est une compétence forte des collectivités territoriales ».

Mais le Plan climat énergie territorial du pays d’Aix qu’est ce que c’est au juste ? « Le Plan climat c’est d’ici 2020, 20% de gaz à effet de serre en moins produit dans la CPA. C’est possible mais ça va demander beaucoup d’efforts » explique Roger Meï. Pour parvenir à cet objectif, le plan s’articule autour des grands axes que sont la mobilité, le bâtiment et l’activité économique. Il est mis en œuvre à travers 92 actions qui sont programmées jusqu’en 2020, et qui peuvent bien entendu être adaptées aux évolutions réglementaires. Sur ces 92 actions, 50 ont déjà été lancées entre avril et décembre 2013, et 42 restent à mettre en œuvre.

En matière de mobilité, les actions portent notamment sur le développement du covoiturage en multipliant les aires de covoiturage et en développant une plateforme web pour l’organiser. Sont aussi concernés le développement de l’usage du vélo, celui des véhicules électriques aussi bien pour particuliers avec notamment l’installation de bornes de rechargement, que pour les administrations avec le développement de la flotte de véhicules électriques dans les services municipaux.

Les administrations qui sont aussi concernées par l’adoption d’un « Plan de déplacements Administration » qui vise à réduire de 5 à 7 % l’usage individuel de la voiture par les agents des collectivités, que ce soit durant leur service, mais aussi pour leurs trajets domicile-lieu de travail. Enfin il s’agit aussi de développer l’usage de biocarburants produits localement et de limiter l’impact du transport des marchandises avec la création de plateformes périphériques et l’utilisation de véhicules électriques sur les derniers kilomètres de livraison.

En terme de logement, les actions sont également nombreuses et concernent aussi bien les parcs publics que privés. Il s’agit par exemple de favoriser la réhabilitation du parc de logements publics en accompagnant les bailleurs sociaux dans cette démarche, ceux-ci étant par ailleurs obligés par la loi Grenelle de réduire de 38% leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2020. Pour les propriétaires du parc de logements privés, il s’agit de les inciter à engager des rénovations énergétiques.

La CPA entend favoriser la substitution des chauffages à énergies fossiles par des chauffages à énergies renouvelables (bois, solaire, géothermie...). Le Plan prévoit aussi de former les acteurs du bâtiment aux nouvelles exigences de qualité énergétique, et de soutenir la ressource bois-construction, et notamment les bois locaux.

Enfin, le Plan prévoit que les communes de la CPA, et la CPA elle-même, améliorent la performance énergétique de leur patrimoine immobilier et maîtrisent l’impact environnemental du fonctionnement de leurs services. Sur ce point Yazid Chebah, économe de flux à la ville de Gardanne, est intervenu durant cette réunion bilan pour présenter l’action mise en place par la ville sur ces thématiques.

« En 2010 Gardanne a lancé le Plan d’Action Global sur l’Energie afin de permettre à la collectivité et aux habitants de mieux utiliser l’énergie et d’en limiter l’impact sur leur budget. Dans ce cadre nous avons déjà réalisé 400 000 euros d’économies qui ont été réinvesties dans des améliorations pour faire de nouvelles économies ».

A Fuveau où une démarche identique aété entreprise, la ville a fait 120 000 euros d’économies en 4 ans rien qu’en épluchant ses contrats et factures d’électricité.

TROISIÈME AXE D’ACTION DE CE PLAN CLIMAT ÉNERGIE, l’activité économique. Sur cette question le Plan prévoit notamment d’aménager et de réhabiliter dans une perspective de développement durable les zones d’activités économiques d’intérêt communautaire, et de conditionner les aides de la CPA au secteur économique à des critères de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Il prévoit également de soutenir la création et le développement des entreprises industrielles orientées vers le développement durable. Il s’agit aussi de poursuivre le développement des énergies renouvelables (solaire, bois, éolien...) et la production d’électricité verte.

Il ressort de ce premier bilan que deux actions phares ont d’ores et déjà des résultats encourageants. Le covoiturage a évité l’émission en Pays d’Aix de 7 800 tonnes équivalent carbone, tandis que le recours aux énergies renouvelables pour le chauffage en a évité 2 238.

Il en découle que la CPA devrait pouvoir dépasser les objectifs fixés par le Plan climat énergie pour parvenir d’ici à 2018 à une réduction de 20% des émissions de gaz à effet de serre par rapport à 2007.L’enjeu est de poursuivre les objectifs en agissant sur l’ensemble des actions prévues par le plan.

La journée s’est poursuivie à 19h par un ciné-débat avec la projection du film Une planète, une civilisation de Gaël Derive, suivie d’une table ronde d’experts qui s’est penchée sur les conséquences du changement climatique en Pays d’Aix et qui ont pu échanger avec le public dans la salle.