Insertion

Bienvenue aux ateliers de Gaïa Energies 339 - Stéphane Conty

Mis à jour le

Une animation assez inhabituelle a régné dans la soirée du 22 juin au chemin du Moulin du Fort, non loin du lycée agricole de Valabre. La raison, l’inauguration d’un nouveau chantier d’insertion de maraîchage biologique. Un projet original et ambitieux.

Voisins, agriculteurs gardannais, représentants associatifs et élus, tous étaient rassemblés pour l’inauguration de ce chantier d’insertion aussi prometteur qu’original. Les ateliers de Gaïa, c’est son nom, est un projet mené par l’Adrep Insertion dans le cadre du réseau des jardins de cocagne, qui sont des jardins maraîchers biologiques à vocation d’insertion sociale et professionnelle. L’aboutissement d’un long travail préparatoire comme le souligne Nordine El Miri, un des responsables du projet.

« Monter ce projet a nécessité près de deux ans de travail. Il est le résultat d’une synergie entre plusieurs partenaires tels que les conseils régional et général, l’État, ainsi que la commune de Gardanne qui nous accueille. En plus nous avons la chance de pouvoir travailler avec le lycée agricole et le CFPPA qui sont nos voisins. Au-delà du maraîchage biologique, cet endroit sera un lieu de vie à Gardanne. »

Comme pour les autres chantiers d’insertion en cours sur Gardanne, les salariés de ce chantier ont un contrat de 6 mois renouvelable une fois, à raison de 26 heures hebdomadaires. Arrivés fin mai sur un terrain complètement en friche, ils vont être seize à travailler sur ce chantier, l’équipe comptant actuellement quatre femmes comme le souligne Nathalie Nérini, adjointe au maire en charge de l’emploi et de l’insertion.

« C’est un projet qui colle complètement aux orientations politiques de la ville. Depuis 2006 nous travaillons avec des chantiers d’insertion. Cette fois il s’agit d’un projet différent basé sur l’agriculture et qui permet une plus grande mixité entre hommes et femmes. »

Autre particularité de ce chantier, il s’inscrit dans la durée. Alors que les chantiers d’insertion qui se sont déroulés jusqu’ici à Gardanne correspondaient à des projets s’inscrivant sur une période allant généralement de six mois à un an, celui-ci est appelé à durer, même si les employés s’y succèderont.

Outre le fait que les productions agricoles prennent du temps à pousser, le système de commercialisation envisagé, avec des paniers hebdomadaires selon le système des Amap, implique un fonctionnement sur plusieurs années.

« Nous envisageons dans un premier temps la commercialisation d’une quarantaine de paniers hebdomadaires. Elle devrait intervenir dès la 3 e semaine de septembre. Pour la production nous disposons d’un terrain en plein champ et de neuf serres qui représentent environ 2000 m2 de cultures. Nous avons aussi une serre de conditionnement pour laver les fruits et légumes de saison, et confectionner les paniers. Le système d’irrigation est en place et nous avons commencé la rénovation de la maison qui se trouve sur le terrain. Elle va cumuler les fonctions de bureaux, lieu de vie et salle de formation, » explique Isabelle Troly, une des responsables du projet.

Rendez-vous est donné à la rentrée où l’on pourra les retrouver sur le stand qu’ils tiendront à l’occasion de la foire agricole de la Saint-Michel.