Scolaire

Appréhender la science autrement Energies 366 - Carole Nerini

Mis à jour le

Pour la seconde année consécutive, le collège du Pesquier s’inscrit dans un projet intitulé “Dans le sillage de La main à la pâte,” un enseignement intégré de science et technologie (EIST) dont bénéficient deux classes de sixième. Les élèves ayant choisi cette option ont dernièrement participé à deux sorties au coeur de la forêt...

Seuls trois collèges dans l’Académie ont mis en place cette option EIST en 6 e dans leur établissement. Si les textes officiels encouragent vivement l’apprentissage des sciences de façon différente, la réalité est tout autre... car il aura fallu beaucoup d’investissement de la part des trois professeurs volontaires et du chef d’établissement pour mettre en place ce projet, débloquer des moyens financiers et bien entendu des moyens humains.

Mais c’est chose faite au grand bonheur d’Isabelle Fouchier, professeur de Sciences physiques, d’Anne Talin, professeur de Science et vie de la Terre et de Corinne Wasselin, professeur de technologie. Chaque enseignant a un groupe composé d’une vingtaine d’élèves issus de deux classes à raison de 4 heures par semaine, et le même cours est donné à chacun de ces groupes.

Comme l’explique Isabelle Fouchier, « chaque semaine, nous nous rencontrons avec mes deux collègues pour préparer les cours et suivre notre projet. En tant que professeur de sciences physique, j’enseigne aussi la technologie et la science et vie de la Terre. Le principe de travail est basé sur l’investigation. On présente une problématique aux élèves qui doivent essayer par petits groupes de la résoudre par des idées, des expériences. Ils ont du matériel à disposition et débordent souvent d’inventivité... Ça leur permet de développer leur imagination, et de manière autonome. Ensuite, nous mettons toutes les pistes de réflexion en commun, et à ce moment- là nous faisons notre cours. Sans s’en rendre toujours compte, ils font des sciences et de la technologie et cette approche est appréciée, d’autant plus qu’en sixième, les sciences physiques ne sont pas au programme.  »

En parallèle aux cours en classe, deux sorties sur le terrain ont déjà été proposées aux élèves sur le thème de la forêt et tout ce qui l’entoure, en lien avec l’année internationale de la forêt ; ainsi ils ont travaillé sur le thème de l’air, de l’eau et réalisé un herbier par le biais de l’informatique suite à ce qu’ils avaient observé sur le terrain. Il y a une quinzaine de jours, les élèves et leurs professeurs se sont rendus à l’Écomusée pour une visite guidée théorique le matin et pour réaliser des plantations et mettre en pratique l’après-midi ce qu’on leur a expliqué.

Une trentaine de plants leur a été donnée en tant qu’adhérents à l’opération Plus d’arbres, plus de vie, encore une initiative des enseignants. Les élèves ont également participé à un atelier de papier recyclé et ont beaucoup appris sur la réglisse à l’occasion de la Fête de la science. « Cette expérience, que nous vivons en tant que professeurs depuis deux ans est très positive. Nous souhaiterions la voir perdurer car elle a des retombées positives sur la scolarité des élèves. » Et abstraction faite de tout le reste, le but est bien là, non ?