Le principal groupe scolaire de Gardanne

A la découverte des écoles du centre Carole Nerini

Mis à jour le

Les écoles primaires du centre Albert-Bayet et Jacques-Prévert constituent le plus gros groupe scolaire élémentaire de Gardanne. Les équipes d’enseignants s’investissent fortement. De nombreuses activités péri-scolaires sont mises en place par la municipalités et certaines associations.

L’école Jacques-Prévert accueille les enfants du centre-ville et ceux de la route blanche. A Albert-Bayet viennent principalement ceux des HLM Veline. « A Bayet, il se passe les mêmes choses que dans toutes les écoles de France et de Navarre, explique un enseignant. Les enfants sont plus difficiles, c’est vrai. Il faut jouer au gendarme plus souvent, parce que ce sont des enfants qui ont besoin de comprendre les règles de la vie en communauté. Il est difficile pour nous de jouer à la fois le rôle de parent et celui d’enseignant. Malheureusement beaucoup de familles ont d’autres priorités que le parcours scolaire de leurs enfants. L’équipe enseignante est très soudée, c’est ce qui nous permet d’avancer. » De son côté, la directrice de l’école Bayet Nicole Fontin insiste sur sa disponibilité. « Les enfants agissent souvent en fonction de ce qu’ils ont l’habitude de voir et de vivre. Il y a des questions auxquelles l’école peut répondre et je reçois tous les parents qui rencontrent des difficultés ou qui ont des problèmes à régler concernant leur enfant ou les petits camarades. Il est important que l’échange se construise, qu’il y ait un lien entre l’école et la maison, il faut qu’ils viennent me voir. » Depuis la séparation des deux écoles, il est plus facile de surveiller les cours, d’organiser des rencontres entre les enseignants.

Une vie autour de l’école

Pour aider aux apprentissages des enfants, ici comme dans d’autres écoles, les projets pour mettre à profit le temps péri-scolaire fleurissent et le projet pédagogique de l’école est travaillé en fonction de la situation. « Notre projet d’école actuel a pour thème "Apprendre à vivre ensemble", explique Nadine Koenig, directrice de l’école Jacques-Prévert. Une notion incontournable. Le prochain, qui sera travaillé pendant 3 ans porte sur la littérature et la poésie à travers le monde. Dans chaque matière, il sera décliné. Nous allons également créer un journal de l’école, cela contribue à renforcer les liens entre les élèves et à faire connaître nos activités et notre quotidien à l’extérieur. » Pour que les enfants s’intéressent à certaines choses, il est important de les laisser agir, de les responsabiliser. Un exemple, ce sont les enfants de l’école qui ont planté les fleurs de la cour et qui les arrosent. « Le fait de les faire intervenir directement sur leur environnement les incite à respecter ce qu’ils font. Nous essayons aussi de les faire participer le plus souvent possible à la vie de leur commune en organisant des sorties aux spectacles, au cinéma, dans des expositions, en recevant des intervenants dans le domaine culturel. Nous avons la chance d’être situé au centre de Gardanne et de pouvoir profiter de toutes ses structures. » Dernièrement, plusieurs classes des écoles du centre ont participé à des sorties aux alentours, effectuées par l’association Les verts terrils qui intervient dans les classes sur le thème de l’environnement. Les élèves ont également visité l’exposition organisée par l’Office de Tourisme à l’occasion de la semaine provençale.

Le temps péri-scolaire est parfois le créneau de la journée le plus difficile à gérer, celui de la cantine notamment. C’est un peu le moment où les écoliers se défoulent, entre la concentration du matin et celle de l’après-midi. Pendant ce temps-là, les enfants ont tendance à plus chahuter. « Nous leur apprenons donc le respect, des autres enfants comme des adultes », souligne Patricia Fontin, directrice de l’école Albert-Bayet. Des animations sont mises en place par le service enfance de la municipalité qui dispose ici d’une dizaine d’animatrices qui interviennent pendant ce temps de cantine et permettent d’occuper cette grande récréation, en favorisant notamment les jeux collectifs. En parallèle, des animatrices de la Ludothèque, de l’association Tour de main et pât’à pot sont présentes de façon régulière. Des interventions plus ponctuelles sont également proposées aux enfants. A Albert-Bayet, on étudie la possibilité de faire fonctionner un atelier chorale, les animatrices suivent des stages de lecture avec La Médiathèque, pour raconter des histoires entre 11h30 et 13h30. Quant aux cours de récréation, elles ressemblent singulièrement à celles des autres écoles : d’un côté on joue au ballon, un peu plus loin on s’intéresse aux jeux en vogue, on échange des cartes, des billes, on chante, on court, on saute, on se chamaille avant de repartir main dans la main...

Pour les enfants en grandes difficultés scolaires, des classes d’intégration (clis) ont été créées et fonctionnent avec un effectif maximum de 12 élèves. Il en existe une à Bayet, une à Prévert et une à Biver. Les enfants qui évoluent dans ces classes adaptées à leurs besoins viennent de toute la circonscription scolaire. Un autre mode de soutien scolaire est développé dans les écoles pour les enfants arrivés en France depuis moins d’un an et qui éprouvent des difficultés avec le français. Une enseignante spécialisée intervient ponctuellement auprès de ces élèves, dans les écoles auxquelles ils sont rattachés pour les aider à mieux le parler et l’écrire. En parallèle, des séances d’aide aux devoirs destinées aux enfants en première année ont été mises en place il y a deux ans . « Depuis le mois de septembre, nous avons lancé une opération d’aide à la scolarité baptisée "Coup de pouce", explique Grégory Calemme, adjoint délégué à la vie scolaire. Ce dispositif accueille des enfants de CP qui commencent à rencontrer des difficultés d’écriture et de lecture. Ils sont pris en charge de 16h30 à 18h avec l’accord et la participation des parents. Le but est comme son nom l’indique de leur donner un petit coup de pouce pour bien démarrer leur scolarité. » Et de la poursuivre dans une école la plus accueillante possible.

Les classes découverte

Chaque année, plusieurs centaines d’enfants du primaire participent à des séjours découvertes entre le mois de janvier et le mois de juin, les frais étant pris en charge à 70 % par la municipalité. En 2004, 13 projets ont été déposés par les écoles. A l’école Jacques-Prévert, ce sont deux classes de CP qui partiront le mois prochain à Pont du fossé (05), à la découverte du milieu montagnard. A Albert-Bayet, toutes les classes participeront cette année à un séjour découverte : une classe de CM1 a effectué un voyage de 11 jours dans les Alpes en février, toutes les autres classes participeront à un séjour de découverte du milieu naturel et des énergies à Peyrolles, pendant 2 ou 3 jours. « Tous les enfants de l’école Bayet seront partis au moins deux jours cette année, explique Patricia Fontin, sa directrice. Notre projet pédagogique est très axé sur l’environnement, c’est un sujet qui accroche bien les élèves. Je pense qu’il est très important que les enfants s’ouvrent vers l’extérieur, qu’ils découvrent autre chose que les murs de leur cité, puis qu’ils se retrouvent ensemble, en dehors de l’école, avec de nouvelles règles de vie à respecter. »