Environnement

A La Malespine, économie et écologie font bon ménage Energies 401 - Stéphane Conty

Mis à jour le

Le site de La Malespine accueille le centre d’enfouissement (ISDND) géré par la Semag et la carrière gérée par l’entreprise Durance Granulats, qui a développé des installations de recyclages permettant de valoriser au mieux les produits issus de la carrière ainsi que les déchets du BTP. Des ponts ont été créés entre toutes ces activités, profitables à la fois économiquement et écologiquement.

EN 2011 LA SEMAG (Société d’économie mixte de Gardanne) a étendu l’exploitation de son Installation de stockage de déchets non dangereux (ISDND) à une nouvelle zone du site de La Malespine, après exploitation de celle-ci comme carrière par l’entreprise Durance Granulats. Cette alvéole d’environ 2 hectares s’est bien remplie depuis pour se retrouver à une hauteur proche de l’usine de biogaz de Verdesis. En mars dernier elle a fait l’objet de travaux pour y implanter des drains sous la moitié de sa surface, qui permettront de récupérer et valoriser le biogaz. Au mois de mai la piste menant à l’usine de biogaz a été goudronnée. En effet, l’endroit étant régulièrement ouvert à la visite du public, pour les scolaires notamment, son accès n’était pas des plus aisés en cas de pluie.

EN NOVEMBRE PROCHAIN une deuxième campagne de travaux équipera en drains la seconde partie de l’alvéole. « Nous plaçons une nappe de drains tous les 10 mètres, explique Jean-François Velly, directeur de la Semag. Équiper cette alvéole permet non seulement d’avoir un effet bénéfique sur la réduction des odeurs, mais aussi d’augmenter la production d’énergie à partir du biogaz. »

Enfin, au premier trimestre 2014 doit être réalisée l’étanchéité de la seconde alvéole, pour que puisse débuter son exploitation dès septembre 2014. EN PARALLÈLE, Durance Granulats a d’ores et déjà entrepris des travaux de terrassement pour aménager cette seconde alvéole, elle aussi d’une surface d’environ 2 hectares. Un emplacement que l’entreprise avait déjà exploité auparavant, mais que des progrès techniques, notamment de valorisation à la chaux, permettent maintenant de ré-exploiter plus finement comme l’explique Benoît Weibel, directeur d’exploitation du site pour Durance Granulats.

« A l’automne dernier nous avons rajouté une partie de traitement complémentaire pour pouvoir valoriser plus de produits et avoir des produits finis de meilleure qualité. Avant cela, pour 100 tonnes qui étaient extraites, nous avions 40 à 50 tonnes de matériaux valorisables en granulats, le reste étant inexploitable et servant à aménager les digues de l’ISDND de la Semag et au recouvrement journalier des déchets. Avec les nouvelles installations, le taux de valorisation pour 100 tonnes est passé à près de 80%. »

Une progression spectaculaire aussi liée à l’installation d’un crible Haute énergie et d’un déferrailleur qui permettent de sortir plusieurs tailles de produits. Des granulats de 20 à 50 mm traités par flottaison et des granulats de 6 à 20mm traités par soufflerie.

SUR LE CHANTIER PHOTOVOLTAÏQUE des Sauvaires voisin, il a été nécessaire de créer une plateforme au-dessus du terril pour pouvoir enterrer les réseaux, celui-ci ne pouvant être creusé sans risquer qu’il s’embrase, des poches de chaleur existant encore à l’intérieur. « Lorsque les travaux de terrassement ont débuté en mars dernier, il était prévu d’utiliser 80000m3 de produits recyclés, avec pour la couche finale un produit à 20mm, plus fin et plus propre. Finalement il va falloir 230000m3 pour pouvoir achever le chantier en octobre, » souligne Benoît Weibel.

Ainsi, qu’il s’agisse du chantier photovoltaïque ou de l’installation de stockage, les matériaux de terrassement sont maintenant fournis par Durance Granulats. Un gain économique pour la Semag qui n’a plus besoin d’acheter des matériaux à l’extérieur pour son installation de stockage, mais aussi pour Durance Granulats qui trouve là un moyen d’écouler tout ce qu’il ne peut valoriser. Un gain environnemental aussi puisque ce fonctionnement en circuit fermé supprime de fait les transports routiers des matériaux, et tous les désagréments y afférent.

Durance Granulats travaille également avec la centrale thermique, actuellement propriété d’E.On. Ce sont quelque 50000tonnes de matériaux produits par Durance Granulats et issus du recyclage qui sont ainsi utilisées pour la future plateforme Biomasse. Avant cela l’entreprise fournissait déjà du calcaire nécessaire au fonctionnement du procédé de désulfuration de la centrale. « Depuis quatre ans nous développons aussi un produit pour valoriser les cendres de la centrale thermique, qui sert notamment dans la réalisation des routes et des réseaux enterrés. »

Que ce soit pour mieux valoriser la production de ses carrières ou les matériaux recyclés issus des déchets du BTP, les installations mises en place en 2003 et régulièrement perfectionnées depuis, sont innovantes et encore assez exceptionnelles dans une carrière. Elles témoignent de l’engagement de l’entreprise en matière d’environnement, par ailleurs membre du réseau Granulat+ qui réunit plusieurs entreprises de carrières des départements qui bordent la Méditerranée, et dont l’objectif est de concourir à économiser la ressource naturelle et de participer l’éco-construction grâce à des solutions novatrices.